• Présentation

    Emission à venir :

    9 octobre 2017 Le blob

    Cela s’est passé entre Hokaïdo et la Hongrie. Là, mieux qu’un rat dans le labyrinthe, il a pu réussir à découvrir le chemin le plus court à partir des mottes d’Agar-Agar et en slalomant entre les plats de quinine. Les myxomycètes sont grands, 20cm pour le la fleur de tan, plusieurs mètres pour notre Blob Physarum. Et cependant, ils ne sont constitués que dʼune seule cellule…
    Le blob nous apprend bien des choses sur la biologie. Et d’abord que lʼapprentissage existe chez pratiquement toutes les espèces. Chez cette cellule immense et multinucléé qu’est le blob, apprendre, c’est d’abord s’habituer. Le blob n’est rien qu’une forme particulière du vivant. Une forme si archaïque qu’elle semble immobile et vaine. Mais les travaux d’Audrey Dussutour nous démontre s’il le fallait, que l’histoire évolutive a débuté avec des drôles d’espèces.
    Cela méritait bien de s’arrêter sur cette devinette de la biologie et de l’évolution. Blob qui es-tu ? Ce jour je suis allé interroger Audrey Dussutour dans son laboratoire de Toulouse et qui nous livre d’incroyables secrets dans un livre plein d’humour sur ce drôle d’organisme immense et si bizarre « Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur le Blob » (Eds Equateur Sc.).

    ~ ~ ~ ~

    ♪ ♫

    Les dernières émissions :

    11 septembre 2017 Nager avec les loutres

    Le bruit de lʼeau masque bien des sonorités furtives. Pourtant, on sait quʼelle est là, tapie dans lʼombre de sa catiche. Elle a déposé toutes les marques de son passage. Car la loutre ne se cache pas, du moins elle ne dissimule rien de son passage. Suivre la loutre est un long jeu de piste. Adaptée dit-on à la vie aquatique, elle ne ferait guère dʼillusion devant le phoque ou lʼotarie.
    Alors, à quoi sert la loutre dans les écosystèmes ? Sait-on quʼelle constitue une clédes biocénoses. Que sa prédation a un effet essentiel sur lʼécologie des cours dʼeau ? Maisil se passe quelque chose encore. Car si la loutre vit seule dans nos rivières, dʼautres loutresvivent en famille dans les rizières dʼAsie. Dʼautres encore forment des petits groupes tandisque certaines paraissent farouchement solitaires.
    En suivant les pas de ces animaux discrets avec Marie-Loup Lélias, il est possible de deviner combien les sociétés proviennent de ce que chacun apporte aux autres, librement et activement. Mais la question sociale chez les humains est faussée, éclipsée par lʼexploitation capitaliste et marchande qui nous rend si pauvre de notre vie. Alors, aujourdʼhui nous allons nager avec les loutres sur Radio Libertaire. Car la loutre connait les secrets pour vivre avec les autres. Entre mœurs solitaires et vie de groupe, la loutre va nous guider parmi les déterminants de la vie sociale. Et comme la loutre est joueuse et joviale, jʼespère que nous allons nous amuser dʼapprendre sur Radio libertaire.

    ~ ~ ~ ~

    14 août 2017 Freud, Reich et l’énergie sexuelle

    Nos rêves sont des choses bizarres. Des éléments épars construisent des scénarios rocambolesques et des aventures invraisemblables. Mais plus quʼune séparation de lʼesprit et du corps, le rêve, la névrose et les fantasmes témoignent de lʼunion de la souffrance dans le corps. Ces fantasmagories inévitables ouvrent notre imaginaire mais se ferment si souvent sur des rituels compulsifs, voire même des psychoses majeures. Alors quel est le lien entre lʼimagination onirique et la pathologie mentale ?
    Freud insiste, il faut décentrer lʼindividu de lui-même. Nos actes ne sont plus intentionnels mais reflètent un combat intérieur que les drames de notre enfance mènent contre notre lucidité. Pourtant, ce nʼest pas la découverte de lʼinconscient qui fait la force de Freud. En analysant la filiation nietzschéenne de Freud qui débouchera sur William Reich, il est possible de concevoir que la recherche scientifique de lʼinconscient mène à bien dʼautre chose. Car la sexualité en constitue le cœur et cʼest bien de la libido quʼil sera question. De Freud à Reich, que reste-t-il ? Quʼest ce que le capitalisme a à voir avec une pulsion de mort ? Quʼest ce que la biologie dit de la libido ? Nous allons voir que le parcours de Freud à Reich est fait de cassures et comme tout cela concerne toujours le corps, voilà une question gourmande à notre menu de science en liberté aujourdʼhui.
    (Rediffusion de l'émission du 22 février 2016)

    ~ ~ ~ ~

    12 juin 2017 Les serpents se la jouent collectif

    Ici, il a perdu ses jambes mais ailleurs il a presque gagné des ailes en haut de la forêt tropicale. « Eh bien filles d’enfer, vos mains sont-elles prêtes ? Pour qui sont ces serpents qui sifflent sur vos têtes » s’inquiétait Oreste. Le serpent est dangereux, il est le danger incarné. On connaît du serpent son venin, cette bave aberrante qu’il distille entre ses crochets et qui promet la mort inévitable. Mais cette aptitude toxique trouve son origine dans un autre secret, celui de l’absence de membres. Et sait-on que ce poison, il peut aussi le voler à d’autres animaux ? Car ce que fait le serpent nous est inconnu. On doute de son rôle écologique si important cependant, si nécessaire à l’équilibre du vivant.
    Mais il est une histoire plus prodigieuse encore que de décrypter l’origine de cette absence de bras. Car le serpent ose tout, jusqu’à engager des amours collectives. Adepte de l’amour de groupe, le serpent insinue que la sélection sexuelle ne serait pas toujours darwinienne. Venu du tréfonds du Crétacé, en regardant avec nos yeux les plus curieux la vie collective des couleuvres, nous découvrons une incroyable leçon de choses comme seule la nature a le secret. Étrange parcours anarchiste que celui-là qui fait de lʼégalité la condition de la liberté. On croirait citer Armand et les milieux libres.

    ~ ~ ~ ~