• Présentation

    Emission à venir :

    11 décembre 2017 D’où vient l’idée d’écologie ?

    Au sein des choses de la nature, des liens subtils se mettent en place. Aujourd’hui nous parlons équilibre de la nature, car nous nous penchons sur cette science étonnante qu’on nomme écologie.
    Voyons, en sortant des frondaisons tropicales, l’éléphant broute l’herbage. Le voilà attentif et mystérieux quand il prend soudain le temps d’appuyer sa solide trompe contre un arbre et entreprend de le faire tomber. L’éléphant ne fait pas que démontrer sa force brute contre le végétal. En déracinant le feuillus, le colosse fabrique de la prairie là où la forêt semblait coloniser le sol.
    Nous rendre « maîtres et possesseurs de la nature », ainsi irait la science. Mais que dit l’écologie ? Non seulement il semble que l’écologie s’intéresse aux relations complexes qui se construisent entre les êtres vivants, mais l’écologie nous donne aussi des leçons sur le monde. Se réconcilier avec la nature ? L’écologie serait cette science de la réconciliation entre les hommes et leur planète ? D’où vient l’idée d’écologie ? et la mésologie ? Et Darwin dans tout çà ?
    L’histoire de la planète terre est celle de l’écologie, car l’évolution est une écologie évolutive. L’écologie dispose pour contrer l’exploitation du monde d’un mot-clé formidable, « les équilibres de la nature » car les relations du monde sont précaires et la nature nous apprendrait à accéder à une autre forme de richesse, en concédant une alliance avec la terre.
    Voilà bien de quoi nous faire entrer dans une interrogation subtile : ces fameux «équilibres » sont-ils scientifiques ou bien rêvés ? Nous avons 1h30 pour en disserter sur Radio libertaire.

    ~ ~ ~ ~

    ♪ ♫

    Les dernières émissions :

    13 novembre 2017 Entre chiens et chats, les babouins d’Arabie…

    Sur ces falaises bordant la ville de Taif en Arabie saoudite, les babouins ont élu domicile profitant dʼune manne inespérée. Car ici, les bédouins, depuis longtemps, sédentarisés, laissent volontiers leurs déchets en pâtures aux babouins.
    Les babouins connaissent des prédateurs, et léopards, hyènes rayés, loups et chiens figurent parmi leurs ennemis ancestraux. Pourtant, le cinéaste Jean-François Barthod y a saisi des images tout à fait étonnantes lors de son reportage en 2015. Si les babouins se réfugient dans lʼanfractuosité des rochers et le plus haut possible, cʼest pour sʼéchapper à leur prédateur. Et pourtant, il nʼy a aucun doute, des babouins accueillent les chiens et les chiens dorment au milieu du groupe. Mais ce nʼest pas tout alors que certains chiens à lʼétat sauvage chassent et dévorent les jeunes babouins quʼils attrapent, ici dʼautres chiens les accompagnent. Et les images du réalisateur sont sans équivoque, ces chiens-là gardent à distance les autres chiens sauvages et autres prédateurs.
    Cʼest que les interactions entre les espèces sʼavèrent bien plus complexes que ce que la biologie affirme en première lecture. Et curieusement, cette histoire dʼinteractions entre espèces se répète beaucoup plus souvent que lʼon pourrait le supposer. Cela sent bon le déplacement de caractères sans compter que l’adoption contredit la théorie de la parentèle au profit du rôle de la familiarité en évolution…démontrant combien les interrelations abritent de lʼécologie évolutive sur lʼensemble de la planète.
    Il sera donc question de ratels et dʼabeilles, dʼœdicnème et de crocodile car nous sommes sur radios libertaire au milieu dʼune interrogation gourmande entre chiens, loups et… babouins.

    ~ ~ ~ ~

    9 octobre 2017 Le blob

    Cela s’est passé entre Hokaïdo et la Hongrie. Là, mieux qu’un rat dans le labyrinthe, il a pu réussir à découvrir le chemin le plus court à partir des mottes d’Agar-Agar et en slalomant entre les plats de quinine. Les myxomycètes sont grands, 20cm pour le la fleur de tan, plusieurs mètres pour notre Blob Physarum. Et cependant, ils ne sont constitués que dʼune seule cellule…
    Le blob nous apprend bien des choses sur la biologie. Et d’abord que lʼapprentissage existe chez pratiquement toutes les espèces. Chez cette cellule immense et multinucléé qu’est le blob, apprendre, c’est d’abord s’habituer. Le blob n’est rien qu’une forme particulière du vivant. Une forme si archaïque qu’elle semble immobile et vaine. Mais les travaux d’Audrey Dussutour nous démontre s’il le fallait, que l’histoire évolutive a débuté avec des drôles d’espèces.
    Cela méritait bien de s’arrêter sur cette devinette de la biologie et de l’évolution. Blob qui es-tu ? Ce jour je suis allé interroger Audrey Dussutour dans son laboratoire de Toulouse et qui nous livre d’incroyables secrets dans un livre plein d’humour sur ce drôle d’organisme immense et si bizarre « Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur le Blob » (Eds Equateur Sc.).

    ~ ~ ~ ~

    11 septembre 2017 Nager avec les loutres

    Le bruit de lʼeau masque bien des sonorités furtives. Pourtant, on sait quʼelle est là, tapie dans lʼombre de sa catiche. Elle a déposé toutes les marques de son passage. Car la loutre ne se cache pas, du moins elle ne dissimule rien de son passage. Suivre la loutre est un long jeu de piste. Adaptée dit-on à la vie aquatique, elle ne ferait guère dʼillusion devant le phoque ou lʼotarie.
    Alors, à quoi sert la loutre dans les écosystèmes ? Sait-on quʼelle constitue une clédes biocénoses. Que sa prédation a un effet essentiel sur lʼécologie des cours dʼeau ? Maisil se passe quelque chose encore. Car si la loutre vit seule dans nos rivières, dʼautres loutresvivent en famille dans les rizières dʼAsie. Dʼautres encore forment des petits groupes tandisque certaines paraissent farouchement solitaires.
    En suivant les pas de ces animaux discrets avec Marie-Loup Lélias, il est possible de deviner combien les sociétés proviennent de ce que chacun apporte aux autres, librement et activement. Mais la question sociale chez les humains est faussée, éclipsée par lʼexploitation capitaliste et marchande qui nous rend si pauvre de notre vie. Alors, aujourdʼhui nous allons nager avec les loutres sur Radio Libertaire. Car la loutre connait les secrets pour vivre avec les autres. Entre mœurs solitaires et vie de groupe, la loutre va nous guider parmi les déterminants de la vie sociale. Et comme la loutre est joueuse et joviale, jʼespère que nous allons nous amuser dʼapprendre sur Radio libertaire.

    ~ ~ ~ ~