10 juin 2024 Anarchie et anarchistes

Nous recevons le réalisateur Daniel Kupferstein pour une émission enregistrée le 24 mai dernier. Il était de passage à Paris pour présenter son dernier film Béziers, l’envers du décor, film consacré à la gestion de la ville de Béziers par Robert Ménard, son maire d’extrême droite, vue au travers de son journal municipal.
Nous en avons profité pour proposer à Daniel Kupferstein de poser un regard rétrospectif sur son travail en nous attardant sur quelques films de sa riche filmographie. Observateur engagé et impliqué, Daniel fait des films sur des sujets qui l’interrogent, et il se tourne le plus souvent vers ce qui se passe près de chez lui. En revenant souvent sur les mêmes thèmes, il construit un regard sur la durée. Ses films se tournent vers le passé pour mieux regarder le présent. Ils trouvent ainsi un écho dans notre quotidien, et tout particulièrement dans l’actualité de ces derniers mois.
Les films réalisés par Daniel s’articulent autour de quatre grandes thématiques qui se recoupent et s’enrichissent :
• La Guerre d’Algérie mémoire et blessures. Nous nous attarderons plus particulièrement sur un film qui enquête sur un drame quasiment oublié : réalisé en 2014, Les balles du 14 juillet 1953, raconte comment, au moment de la dislocation d’une manifestation en l’honneur de la Révolution Française, la police parisienne a chargé et tiré sur un cortège de manifestants algériens, tuant sept personnes (6 algériens et un français).
• Les Cités et la Cité Balzac de Vitry-sur Seine, avec notamment Dans le regard de l’autre ! en 2009.
• Dans Pas en mon nom ! réalisé en 2019, Daniel Kupferstein s’interroge sur l’injonction qui est faite aux personnes d’origine juive de soutenir inconditionnellement l’État d’Israël, lorsque les conflits reprennent au Proche-Orient. Une question éminemment actuelle pour qui refuse de s’enfermer dans cette assignation communautaire, tout en craignant le développement de l’antisémitisme.
• En 2023, avec Béziers, l'envers du décor, il observe comment le journal de la ville façonne la ligne politique et idéologique d’une France catholique intégriste, rejetant les musulmans, tout en voulant contrôler et surveiller l’ensemble de ses habitants. Une vision glaçante de l’extrême droite au pouvoir...