• Trous Noirs ? Comment ça marche ?... Infos

    Emissions à venir :

    ♪ ♫


    Emissions des dernières semaines :

    21 septembre 2020 Liberthèmes

    Dans Ce monde qui n’est plus le nôtre, texte paru sur le site Sciences critiques, l’écrivain et essayiste Philippe Godard affirme que « la qualité fondamentale de l’humanité est l’aspiration à sa propre émancipation ». Aujourd’hui, si les conquêtes de la science semblent permettre de transformer le monde, c’est en grande partie au service des États et des Entreprises. Armes de plus en plus « efficaces », centrales nucléaires, OGM, manipulations génétiques des plantes et des animaux (bientôt des humains ?), etc. donnent un drôle de visage au « progrès ».
    Philippe Godard nous interroge notamment sur le « mythe de l’unité de la science », sur le lien entre « science, pouvoir et nocivité », sur ce qu’est devenue la recherche scientifique.
    Pour « reprendre le pouvoir sur ce monde-ci », la réponse à ces questions doit s’accompagner d’un « processus politique, culturel, social et économique ».
    Il n’est pas surprenant que, parmi les nombreux ouvrages documentaires que Philippe Godard écrit pour la jeunesse, on trouve des titres tels Mai 68 : Soyons réalistes, demandons l’impossible et L’Anarchie ou le chaos.

    ~ ~ ~ ~

    14 septembre 2020 Tranches de vie

    A.S. 848 : un numéro dans une case, dans cet ouvrage Frédéric Pussé décrit vingt ans de son univers professionnel au Luxembourg, dans le gardiennage et la sécurité. Il montre comment, comme nombre de salariés, il est « une simple marionnette au service des quelques nantis du système ». Au nom de la souplesse et de la polyvalence, Frédéric est susceptible de travailler à n’importe quel moment de la semaine, du week-end, du jour et de la nuit. Mais il refuse de vivre ainsi au jour le jour, de se laisser voler le temps pour sa famille, ses amis, ses activités militantes, culturelles. Ses réflexions l’amènent peu à peu à changer son regard sur le monde du travail et la société actuelle. Cette analyse critique le conduit à envisager qu’un autre monde est possible : Il se dit « insoumis » et devient militant anarchiste.

    ~ ~ ~ ~

    07 septembre 2020 Luttes sociales

    « Agent de Moscou », « agent de la bourgeoisie », « matérialiste grossier », « mystique idéaliste », « escroc scientifique », voici quelques-unes des « appréciations » portées sur celui que le psychanalyste Roger Dadoun présente de son côté, dans son livre Cent fleurs pour Wilhelm Reich, comme le « penseur nomade de la prairie ».
    Exclu du parti communiste allemand (KPD), à l’arrivée d’Hitler en 1933, il quitte l’Allemagne pour la Suède et la Norvège puis, exclu de la Société internationale de psychanalyse, il s’installe en 1939 aux États-Unis, où ses nombreuses activités et publications lui attirent de multiples ennemis qui obtiennent son incarcération conduisant à sa mort dans une geôle de Pennsylvanie, le 5 novembre 1957, la destruction de ses laboratoires et l’autodafé de ses livres et documents.
    Ses travaux et projets, l’intérêt qu’ils suscitaient, étaient bien trop subversifs. Il s’intéresse à la « force de la vie » en chacun de nous, mais aussi à ce qui l’entrave, la « cuirasse caractérielle », et le concept de l’unité de la structure sociale et de la structure caractérielle le conduisent à affirmer que « les changements de société ne peuvent être envisagés que par des transformations qui affectent toute les sphères de l’activité humaine », à la fois sur le plan social, affectif et corporel.
    Pour nous en parler, nous recevons Jacques Lesage de la Haye, un des fondateurs du Cercle d’études Wilhelm Reich et auteur du livre Introduction à la psychanalyse de Reich.

    ~ ~ ~ ~

    ♪ ♫