• Trous Noirs ? Comment ça marche ?... Infos

    À venir :

    26 septembre 2022 Liberthèmes

    Depuis très longtemps on fabrique des religions un peu partout dans le monde. Jean-Manuel Traimond, notre invité, dans Comment fabriquer une religion s'attache à décrire quels sont les éléments religieux, les méthodes et outils qui permettent d'en faire un produit consommable.
    Il expose comment sont utilisés, s'emboîtant telles des poupées russes, croyances individuelles, dogmes, doctrines, rites, liturgie et institutions de toute nature (clergés, synodes, conciles, groupes de fidèles, groupes de jeunes, écoles, universités...).
    Le vocabulaire utilisé dans le livre est souvent celui du monde des affaires car « la religion comme le négoce visent à capter l'attention du plus grand nombre », et aussi à faire du profit. Le dernier chapitre traite d'ailleurs en détail du « réseau de vente et du marché ».
    Sa conclusion, intitulée « La recette », synthétise l'essentiel de l'ouvrage, autant de conseils pour tout lecteur souhaitant le mettre en pratique.
    Ses derniers mots : « Allez, au travail ! ».

    ~ ~ ~ ~

    ♪ ♫


    Emissions des dernières semaines :

    19 septembre 2022 Liberthèmes

    Dans un livre à paraître, notre invité Jean-Marc Royer analyse en quoi nous vivons « un moment historique déterminant » et dans quelle mesure « un désastre civilisationnel est en marche ».
    Il explique en détail comment « la contre-révolution internationale du néolibéralisme » s'est développée en Angleterre, en Allemagne, en Italie et en France. Cette remise en cause systématique des acquis sociaux issus des luttes antérieures, ainsi que la déconstruction systématique des liens sociaux risquent d'engendrer « des régressions dans la manière de vivre, de penser, d'imaginer et de résister ».
    Pour atteindre ces objectifs, le capitalisme a besoin de l'État, « principal destructeur de toute forme de salaire différé et organisateur de la privatisation des services publics ». Son rôle régalien (Police, Armée, Justice) est essentiel afin de prévenir et réprimer les révoltes sociales, installant ainsi un « totalitarisme démocratique », dont les Gilets Jaunes ont pu apercevoir le vrai visage.

    Mais l'offensive néolibérale n'a pas mis de côté les impérialismes, dont l'Ukraine est un épisode.
    Après avoir longtemps ignoré ces guerres qui se déroulaient « au loin » (bien que par exemple le Kosovo était à nos portes), les Européens se sentent plus concernés par ce qui se passe dans ce pays.
    Cette guerre d'agression, qui fait de nombreuses victimes civiles, est appelée à durer et peut avoir des conséquences importantes dans de nombreux domaines : économie, énergie, nucléaire civil et militaire, armement, politique...
    Jean-Marc Royer nous engage à tenter de les comprendre et de les analyser.

    ~ ~ ~ ~

    12 septembre 2022 Liberthèmes

    « Comprendre le monde et agir » n'est pas le but de l'éducation que dispense l'État. Mais, depuis le 19ème siècle, une partie du mouvement des universités populaires s'y intéresse.
    Aujourd'hui celle de Roubaix, par exemple, souhaite « ouvrir un espace démocratique autour de la réflexion sur les enjeux de notre société, tout en voulant redynamiser l'idée que l'avenir est ouvert par l'émancipation et la transformation sociale ».
    Quelle que soit l'époque, on retrouve des constantes : accès à tous, gratuité, visée émancipatrice. Mais, alors qu'à l'origine une partie de la population à l'écart de l'instruction publique se sentait concernée, aujourd'hui ce n'est pas le cas : les « moins instruits » sont les moins demandeurs et la majorité des participants appartiennent aux « classes moyennes ».
    La diversité actuelle des universités populaires correspond à des projets distincts : fournir des savoirs et des savoir-faire complémentaires à l'enseignement public (rattrapage ou éducation permanente) ou créer un enseignement alternatif au réseau officiel, dans lequel des anarchistes se sont investis avec d'autres.
    Donner des instruments pour réfléchir, échanger des arguments et expériences, permettent ainsi à une université populaire de se placer dans une logique d'émancipation individuelle et collective ouvrant une perspective de transformation sociale.
    Nos deux invités pour échanger sur tous ces aspects :
    Annick Stevens philosophe, fondatrice et coordinatrice de l'Université Populaire de Marseille depuis 2013 et Hugues Lenoir, enseignant-chercheur en sciences de l'éducation, auteur notamment des ouvrages Pour l'éducation populaire et Autogestion pédagogique et éducation populaire.

    ~ ~ ~ ~

    05 septembre 2022 Anarchie et anarchistes

    En 1970, les Éditions 10/18 publient dans un format poche L'increvable anarchisme. L'intérêt de nombreux « soixante-huitards » pour les pratiques et propositions anarchistes en firent un succès de librairie.
    Son auteur Luis Mercier-Vega, insoumis au service militaire, s'est engagé dans la colonne Durruti pendant la révolution espagnole avant de participer à la fondation d'une minorité dans la CGT, le « Cercle syndicaliste de lutte de classe ». Il rappelle qu'« une série de mouvements sociaux, de phénomènes révolutionnaires, présentent des caractéristiques libertaires évidentes ».
    Notre invité, l'historien Sylvain Boulouque, l'ayant lu une quinzaine d'années plus tard, en fait un des ses « souvenirs livresques les plus forts ». Quelques autres ouvrages, tels La Révolution inconnue de Voline et Le Mythe bolchevik d'Alexandre Berkman, lui ont donné l'envie de mieux connaître et faire connaître le mouvement anarchiste en France : après notamment Les Anarchistes : ni Dieu ni maître !, il vient de faire paraître Le peuple du drapeau noir – Une histoire des anarchistes.
    Cette vaste fresque permet de croiser de multiples figures de l'anarchisme et de comprendre « comment se sont transmises et transformées l'idée et les pratiques libertaires », notamment à travers des événements historiques tels la Commune, l'affaire Dreyfus, la révolution russe, les grèves de mai-juin 1936, la révolution espagnole, Mai 68, mais aussi les deux guerres mondiales.
    Il conclut qu'en dépit des profondes évolutions qui en ont résulté les libertaires d'aujourd'hui « ressemblent à leurs aînés ».

    ~ ~ ~ ~

    ♪ ♫