• Trous Noirs ? Comment ça marche ?... Infos

    Emissions à venir :

    24 janvier 2022 Liberthèmes

    Jean-Marc Royer, déjà reçu dans notre émission Trous noirs pour son livre Le monde comme projet Manhattan – Des laboratoires du nucléaire à  la guerre généralisée au vivant, estime que nous vivons « un moment historique déterminant » car le futur immédiat du néolibéralisme est le « totalitarisme démocratique ».
    Ainsi, se met en place une surveillance panoptique de nos existences, facilitée par l'usage d'internet transformant des individus en zombies numériques.
    L'État donne de plus en plus de moyens à son appareil régalien, aidé par les nouvelles technologies (reconnaissance faciale, drones, Intelligence artificielle).
    La civilisation capitaliste, portée par la triple alliance des États-nations, des grandes industries et des innovations scientifiques, veut nous faire accepter aujourd'hui de tout quantifier, de nous en remettre à des algorithmes, ainsi que le souhaitait Neil Postman : « Ce qui ne peut se mesurer ou bien n'existe pas ou n'a aucune valeur ; les experts sont les mieux placés pour diriger et gérer les affaires des citoyens ».
    Tous espoir de révolte a-t-il disparu de notre imaginaire ? Jean-Marc Royer a un « code d'accès » pour y accéder : 1793 1848 1871 1936 1968

    ~ ~ ~ ~

    ♪ ♫


    Emissions des dernières semaines :

    17 janvier 2022 Liberthèmes

    Apocalypse now ? Les collapsologues sont-ils les nouveaux millénaristes ?
    Qui sera épargné, les plus « croyants » en la résilience individuelle, les « hommes augmentés » du survivalisme ?
    Le capitalisme survivra-t-il, après avoir auparavant contredit la téléologie marxiste qui prédisait son effondrement inéluctable ? Faut-il continuer à s'organiser collectivement pour le faire disparaître, entraînant dans sa chute exploitation et aliénation ?
    Dans la situation environnementale actuelle très préoccupante (pollutions, espèces menacées, impacts climatiques...), le capitalisme semble verdir, mais par greenwashing, non par peur.
    Quels sont les enjeux économiques, géopolitiques et scientifiques de discours qui ont des relais médiatiques et politiques de plus en plus larges ?
    Notre invité Philippe Pelletier, géographe anarchiste, aborde toute ces questions dans son livre Effondrement & capitalisme vert – La collapsologie en questions.

    ~ ~ ~ ~

    10 janvier 2022 Luttes sociales

    Philippe Billard, décontaminateur dans les centrales nucléaires, Jean-Marie Birbès, militant syndical à Eternit (amiante), Josette Roudaire, ouvrière de l'usine Amisol (tissage amiante), Henri Ayoul, ouvrier sur les chantiers navals, Paul François, paysan victime de Monsanto (pesticides), quelques exemples de ceux qui se sont rebellés contre leurs conditions de travail qui mettaient en danger leur santé et celle de leurs collègues.
    Annie Thébaud-Mony fait partie des quelques-uns qui les ont accompagnés dans leurs luttes et leur prise de conscience de la nécessité d'un autre choix de société.
    Sociologue de la santé et du travail à l'Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm), elle s'est investie depuis longtemps pour soutenir individus, collectifs, structures syndicales de base, en participant à animer des associations telles « Risques et maladies professionnelles », « Association Henri Pézerat », « Groupement d'intérêt scientifique sur les cancers d'origine professionnelle ».
    Elle affirme que « le droit à la santé est un droit à l'insubordination », qu'il est nécessaire de transformer les rapports de pouvoir à l'intérieur du travail et de la société :
    « Reprendre la main sur son propre travail, c'est déjà commencer à reprendre la main sur le monde ».
    Nous la recevons pour parler de son dernier livre Politiques assassines et lutte pour la santé au travail.

    ~ ~ ~ ~

    03 janvier 2022 Terre et radioactivité

    Rediffusion de l’émission du 20 septembre 2021 :
    « Une centrale nucléaire est un monstre, qui crache en permanence son haleine mortelle, ses humeurs, à l’air libre, dans l’océan comme dans le sol… Elle est maudite dans la terre, dans le ciel et dans la mer. Les morts de Fukushima ne sont plus des morts : ce sont des déchets nucléaires ».
    Ces mots sont de Michaël Ferrier, écrivain résidant à Tokyo qui, le 11 mars 2011, avait décidé de se rendre dans la région sinistrée et en avait ramené Fukushima, récit d'un désastre.
    « J'ai débarqué au Japon le 10 mars. J'ai vécu une semaine sur place, à Tokyo, au moment du séisme, du tsunami et de l'explosion de la centrale. J'ai réalisé que les voix des témoins, des victimes, étaient beaucoup plus fortes que ma subjectivité personnelle. Depuis le 11 mars, je ne peux plus vivre sans penser à Fukushima ! »
    Ces paroles appartiennent à Kenichi Watanabe, réalisateur qui, par la suite, a réalisé trois documentaires pour « dénoncer le monde nucléaire » : Le monde après Fukushima ; Terres nucléaires, une histoire du plutonium ; Notre ami l'atome, un siècle de radioactivité.
    Dans notre studio Michaël Ferrier, auteur des commentaires de ces trois films, à l'occasion de la sortie de Notre ami l'atome qui en reprend une version plus complète avec de nombreux passages inédits, livre agrémenté de nombreuses photographies.

    ~ ~ ~ ~

    ♪ ♫