• Trous Noirs ? Comment ça marche ?... Infos


    Emissions à venir :

    15 octobre 2018 Luttes sociales

    Notre invité, Denis Langlois, auteur notamment des Dossiers noirs de la police française et des Dossiers noirs de la justice française, a publié, à l’occasion du cinquantenaire de Mai 68, Et si la révolution était possible : « Vous voulez nous commémorer, c’est à dire nous enterrer. Mais vous perdez votre temps. Nous sommes toujours vivants. La révolte de mai refleurira ». Dans ce livre il propose des pistes à suivre et des erreurs à ne pas commettre pour garder espoir :
    « Pas de leaders, de dirigeants, de chefs grands ou petits, d’appareils soucieux d’assurer leur pouvoir. Débarrassons-nous des avant-gardes guidant le peuple ! Un mouvement révolutionnaire doit être l’affaire de tous et non la propriété d’un petit noyau de professionnels ».
    « Le but n’est pas celui des partis de gauche, repeindre en rose bonbon ou en vert pastel la cage, mais la détruire. Le pouvoir, comme le contre-pouvoir, est une force qui corrompt et broie tout dans ses tenailles. Il faut agir ici et maintenant en refusant les paradis fallacieux des religions, du marxisme et de la société actuelle ».
    S’adressant à ceux qui s’investissent dans le mouvement pour changer la société :
    « Fédérés de tous les pays, Unissons-nous ! »

    ~ ~ ~ ~

    ♪ ♫

    Emissions des dernières semaines :

    8 octobre 2018 Liberthèmes

    Après Du pillage au don, critique de l’idée de civilisation et Ouranos et les 3 fonctions de la religion dans l’État notre invité, l’ethnologue Jean Monod, vient de publier Après le déluge, le mythe de la catastrophe salvatrice, un nouvel essai d’anthropologie historique. Il raconte l’origine de ce mythe apocalyptique par lequel les dieux réduisent la prolifération excessive du troupeau humain et remettent les survivants dans le droit chemin. Ce n’est sans doute pas un hasard si les mythes de l’antiquité sont contemporains des premiers États : « les catastrophes comme technique de gouvernement des hommes ». La face cachée du mythe du Déluge montre comment des guerres de conquête ont été travesties en catastrophes naturelles.
    D’où la question que pose Jean Monod : « Quelle est la part du mythe dans le catastrophisme contemporain ? Il précise : « Un des principaux enjeux est de rendre la fin du capitalisme impensable, tout en travaillant à surmonter ses contradictions. En plus d’un accroissement du pillage et de la pollution, de la braderie du patrimoine, du pilonnage des acquis sociaux, du siphonnage des moindres revenus et du matraquage des protestataires, un des moyens de faire passer la surenchère est de présenter la catastrophe comme inévitable et d’organiser l’avenir à partir d’un modèle adaptatif. La nature s’impose, le pouvoir dispose ».

    ~ ~ ~ ~

    1 octobre 2018 Sous les pavés... la terre

    Anton Pinschof, paysan bio dans le Finistère, a arpenté le globe pour porter la voix des paysans bio en Europe et dans le monde. Il évoque ses pratiques et ses rencontres dans un secteur qui intéresse de plus en plus de paysans, de consommateurs, mais aussi dʼintérêts financiers : que penser des labels tel AB, quel est le rôle des organisations nationales, la FNAB (Fédération nationale dʼagriculture biologique), ou internationales, lʼIFOAM (Fédération internationale des mouvements dʼagriculture biologique), lʼINOFO (réseau inter-continental des organisations de paysans biologiques, quel est le poids des paysans dans ces diverses organisations.

    ~ ~ ~ ~

    24 septembre 2018 Liberthèmes

    Les « Reclusiennes », organisées à Sainte Foy la Grande, lieu de naissance du géographe anarchiste Élisée Reclus, avaient cette année pour thème « lʼargent ». Écoutez les interventions de lʼatelier débat « Le business de la gestion des migrants », avec des interventions dʼIsabelle Rigoni, sociologue, Sonia Pradine, accompagnement des migrants, Violette Voldoire, journaliste RadioParleur, Isidore, « Calais Research Network ».

    ~ ~ ~ ~

    ♪ ♫